Les mécanismes de la cancérisation

Un cancer est une maladie complexe. Elle résulte de l’apparition successive d’altérations dans plusieurs gènes au sein d’une cellule et de sa descendance. Ce processus de transformation malignese déroule durant des années.

Un mécanisme darwinien

L’apparition d’un cancer s’apparente au mécanisme darwinien de l’évolution, qui veut que les espèces évoluent par sélection naturelle des individus mieux adaptés que les autres à leur environnement) : ainsi, une succession d’altérations génétiques et épigénétiques dans une cellule lui confèrent un avantage sélectif (les altérations génétiques modifient la séquence des gènes, tandis que les altérations épigénétiques modifient leur activité). La cellule se multiplie alors plus vite que les autres et prend l’avantage sur ses voisines. Des cellules de plus en plus agressives se développent ainsi au détriment des autres.

Un mécanisme d’échappement à la surveillance

Tous les jours nos cellules subissent de nombreuses agressions qui endommagentleur matériel génétique : rayons UV, polluants…Il peut aussi se produire des erreurs spontanées sur les gènes lors de la multiplication cellulaire.Heureusement, des points de contrôle efficaces dans la cellule existent et des mécanismes de réparation présents permettent de rétablir ces anomalies. En cas de dommage trop grave, d’autres mécanismes déclenchent la mort de la cellule. Enfin, si une cellule anormale passe au travers des mailles du filet, elle est repérée et tuée par le système immunitaire.

Le processus de transformation tumorale survient lorsqu’une cellule déjoue tous ces systèmes de surveillance et parvient à se multiplier pour créer une descendance avec la même anomalie. Au fur et à mesure des multiplications cellulaires, d’autres anomalies surviennent. Elles peuvent se cumuler jusqu’à l’apparition d’une cellule tumorale, avec de nouvelles propriétés : multiplication illimitée, moindre d’adhérence au tissu auquel elle appartient,capacité d’invasion à distance, etc.

Des gènes clés à l’activité modifiée

L’accumulation d’anomalies dans certains gènes clés pour le fonctionnement de la cellule est au cœur de la transformation cancéreuse.

  • Oncogènes : gènes impliqués dans la multiplication et la croissance des cellules ; certaines anomalies induisent leur activation permanenteet contribue ainsi au processus tumoral.
  • Gènes suppresseurs de tumeur : chargés de freiner la croissance cellulaire ou d’induire leur mort au cours d’un processus cellulaire appelé apoptose ; leur inactivation en raison d’altérations peut être impliquée dans le processus malin.
  • Gènes de réparation de l’ADN : ils appartiennent aux systèmes de surveillance de la cellule. S’ils sont inactivés, les erreurs génétiques s’accumulent.
  • Gènes de la télomérase : cette enzyme, inactive dans presque toutes les cellules, est activée dans les cellules cancéreuses. Cette activation anormale entraîne une multiplication infinie de la cellule.

Une niche tumorale, des cellules souches tumorales

  • Au cours des dernières années la vision du cancer a évolué avec la découverte de la « niche tumorale », un microenvironnement favorable au développement de la tumeur. Ce microenvironnement est généré par la cellule tumorale elle-même, qui s’entoure decellules susceptibles de lui apporter les éléments indispensables à sa croissance (oxygène via la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, nutriments, facteurs de croissance…). Il contribue fortement au développement tumoral.

  • Une découverte majeure a été la mise au jour de cellules souches tumorales, présentes en très petit nombre au cœur de la niche tumorale : comme les cellules souches présentes dans les tissus et qui permettent leur renouvellement, elles ont la capacité de se multiplier indéfiniment. Les scientifiques pensent aujourd’hui qu’elles pourraient être ainsi à l’origine de la progression tumorale. De plus, en restant « endormies » dans la niche tumorale, elles pourraient être à l’origine des résistances aux traitements qui ciblent uniquement les cellules actives ; mais elles pourraient aussi expliquer les récidives car elles seraient capables, en se réveillant, de donner naissance à de nouvelles cellules cancéreuses

Fondation
pour la Recherche
Médicale