Mélanome : les hommes sont plus vulnérables que les femmes

Le mélanome est le plus grave des cancers de la peau. Et le risque de développer une forme mortelle de ce cancer serait bien plus élevé chez les hommes, selon les chiffres publiés par le Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni pour l’année 2011 Alors que le nombre de mélanomes diagnostiqués est similaire (6.200 pour les hommes et 6.600 pour les femmes), les autorités britanniques ont recensé 1.300 décès chez les hommes contre 900 chez les femmes. Et selon les experts, cette surmortalité masculine pourrait encore s’accroître dans les prochaines années.

Retard au diagnostic et gène de prédisposition

Pour expliquer cette différence, deux hypothèses sont avancées. Les hommes auraient tendance à retarder le moment de la première consultation chez le dermatologue. Or on sait qu’avec cette forme de cancer, souvent très agressive, un diagnostic trop tardif favorise l’apparition de métastases et entraîne une perte de chances pour les patients. Mais des facteurs biologiques pourraient aussi expliquer cette inégalité entre les sexes. Des chercheurs allemands ont déjà identifié un gène de prédisposition au mélanome qui rendrait les hommes plus vulnérables face à ce type de cancer.

Autre différence, les mélanomes ont tendance à se développer plus fréquemment sur les bras et les jambes des femmes alors que chez les hommes les lésions se forment souvent sur le dos, et passent ainsi souvent inaperçues aux yeux des patients.

Les principaux moyens de lutte contre ce cancer de la peau restent un dépistage précoce et une bonne protection contre les rayons du soleil.