Liposarcome : symptômes, diagnostic et traitements de ce cancer des tissus mous

Un liposarcome est un type de cancer des tissus mous. Charles Honoré, chef du comité Sarcomes et chef du service de chirurgie viscérale oncologique de l’institut Gustave Roussy, nous explique quels sont ses symptômes, comment le diagnostiquer et comment le soigner.

Liposarcome : qu’est-ce c’est ?

« Un liposarcome est une forme de sarcome, qui lui-même est une forme de cancer », explique le docteur Charles Honoré. Il s’agit d’un sous-type de cancer qui touche tous les âges et qui se développe à partir des tissus mous. Ces derniers regroupent les structures du corps qui ne sont pas des organes définis : « sarcome » renvoie aux tissus qui entourent les organes. Ces derniers peuvent d’ailleurs se localiser n’importe où, ce qui rend le diagnostic compliqué.

« Le véritable problème est que ce type de cancer est très difficile à diagnostiquer« . Pour quelles raisons ? D’abord, le docteur explique que personne ne pense au liposarcome : « il s’agit d’un cancer rare, donc les gens n’imaginent pas qu’il pourrait s’agir de ce cancer, puisqu’il ne touche que 4 000 personnes par an en France »De facto, il ne faut pas hésiter à demander plusieurs avis médicaux et à contacter un centre spécialisé dans les sarcomes. Le spécialiste ajoute : « l’hétérogénéité de la maladie, c’est-à-dire le fait qu’elle puisse apparaitre partout, la rend également très dure à identifier ».

Il existe quatre grands sous-types de liposarcomes. « Ce sont les principaux, car il en existe plus de 110 autres », précise le docteur. « Le grade d’agressivité peut aussi être différent selon le type de liposarcome ». Ils se comportent de façon différente : certains provoquent des métastases à un endroit, d’autres non. Le liposarcome dit « bien différencié » est celui qui apparaît souvent comme le plus agressif.

Quels sont les symptômes d’un Liposarcome ?

Le liposarcome est un sous-type de cancer très insidieux. Pourquoi ? Car ses symptômes sont très difficiles à reconnaître. « Souvent, les gens ne ressentent rien car le liposarcome ne fait pas mal« . Il peut se traduire par l’apparition d’une boule, d’une masse inexpliquée. « Ce symptôme est problématique car ils peuvent aussi évoquer des tumeurs bénignes, très répandues contrairement au liposarcome ». Le risque est alors que le diagnostic ne soit orienté vers une tumeur bénigne. « Il faut que les professionnels de santé aient le réflexe de demander un avis à des spécialistes du liposarcome pour écarter définitivement cette hypothèse. »

Les autres symptômes qui doivent alerter ?

  • Un hématome qui survient sans qu’il y ait eu traumatisme

  • L’apparition d’un abcès sans fièvre

« Dans l’immense majorité des cas, il n’y a pas de facteur génétique ». Les deux facteurs prédisposants seraient d’abord l’exposition à certains produits toxiques industriels et à des radiations, notamment après des essais nucléaires. Mais très souvent, on ne sait pas ce qui cause un liposarcome.

Comment diagnostiquer un liposarcome ?

Comme expliqué plus haut, le diagnostique de ce cancer pose problème. Pour que ce dernier soit mieux diagnostiqué, le plus important est de penser qu’il peut d’agir d’un liposarcome. « Pour changer les choses, il faut davantage informer les gens et en cas de suspicion, il faut absolument se tourner vers un centre spécialisé, la prise en charge sera plus simple ».

Le patient doit réaliser plusieurs examens importants :

  • un scanner

  • une biopsie

  • une analyse de prélèvement dans un centre spécialisé

Comment traiter ce cancer des tissus mous ?

Le liposarcome se soigne plutôt bien, s’il est correctement pris en charge et s’il est bien diagnostiqué. « Comme pour tous les cancers, on va utiliser les armes à notre disposition, la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie », explique l’expert. « Dans 88 % des cas, la maladie est localisée à un endroit et il n’y a pas de métastases, donc le traitement curatif sera efficace », explique le professionel. « Cependant, il existe tout de même un risque de dissémination à distance ».

Quel traitement adopter ? « Tout dépend de multiples facteurs comme l’âge du patient, de l’agressivité du liposarcome… ». La meilleure solution reste de se rendre dans un centre spécialisé car les médecins ont l’habitude de traiter ces cancers. « Je conseille vivement de vous tourner vers un ou une spécialiste pour éviter tout risque d’être mal pris en charge ».

Merci au docteur Charles Honoré, chef du comité Sarcomes et chef du service de Chirurgie viscérale oncologique de Gustave Roussy.