Les symptômes des cancers ORL.

Des signes peu spécifiques

Les symptômes des cancers ORL dépendent de la région concernée. Hormis dans le cas de certains cancers de

la langue ou de la cavité buccale, la plupart de ces tumeurs ne sont pas accessibles à l’examen visuel ; c’est donc

souvent tardivement, après l’apparition de symptômes non spécifiques mais persistants, que le malade consulte.

Cancer de la cavité buccale

Il peut être repéré dès lors qu’une gêne ou une douleur anormale, au niveau d’une région précise de la bouche (lèvres,

gencives…) apparaît. Visuellement, la zone est plane, rouge ou blanche, ou bien conserve sa teinte tout en adoptant un

aspect bourgeonnant, nécrosé ou durci. Le patient peut se plaindre d’une gêne à la mastication. Le gonflement des

ganglions du cou (adénopathies cervicales) et plus rarement un type de douleur à l’oreille (otalgie réflexe) peuvent être

retrouvés. Toute modification de la forme ou du volume d’une région de la bouche (lèvre, langue…) doit inciter les

patients à consulter un médecin sans tarder.

Cancer de la langue

Il est rapidement suspecté à l’examen visuel. Il entraîne une douleur lors de l’alimentation, une otalgie réflexe, une

adénopathie cervicale  et entraîne fréquemment des hémorragies buccales. Cependant, les cancers de la base de la

langue entraînent moins de symptômes et sont souvent découverts plus tardivement.

Cancers de l’ethmoïde et des sinus

Au début, ils donnent des symptômes proches de ceux d’une rhinopharyngite infectieuse, avec écoulement nasal

purulent et obstruction nasale. Chez un sujet à risque, ces signes sont d’autant plus évocateurs d’un cancer lorsqu’ils

sont unilatéraux. Des saignements de nez et des douleurs peuvent apparaître. Lorsque la tumeur est avancée, un

gonflement de la région située entre la joue, l’œil et le nez peut être observé.

Cancer du rhinopharynx

Les signes sont aussi voisins de ceux d’une maladie infectieuse, avec un écoulement et une obstruction nasale, mais

il adopte souvent une forme unilatérale. Des saignements de nez récurrents et une douleur associée (otalgie réflexe)

, une baisse d’audition unilatérale, des maux de tête non expliqués, des adénopathies cervicales peuvent lui être

associés.

Cancers de l’oropharynx et de l’hypopharynx

Les cancers de l’oropharynx et de l’hypopharynx vont entraîner une gêne fonctionnelle lors de la déglutition. La

sensation d’un corps étranger est évoquée par le patient. On peut retrouver également une douleur plus ou moins

intense, la présence de sang dans la salive, une adénopathie, une otalgie réflexe. Dans le cas d’une tumeur de

l’hypopharynx, une altération de la voix (dysphonie) peut aussi apparaître au cours des stades avancés.
Cancers du larynx (glotte, cordes vocales)

Le premier signe est une altération de la voix (dysphonie) ou un enrouement chronique. Ensuite, une gêne

fonctionnelle lors de la déglutition, une adénopathie, une toux récurrente, des expectorations sanglantes, voire des

difficultés à respirer peuvent apparaître, selon le volume et l’emplacement exact de la tumeur.

Tout ou partie de ces anomalies persistant plus de trois semaines, à fortiori chez un sujet alcoolo-tabagique, doit

inciter à consulter un médecin.

Les facteurs de risque des cancers ORL

Les cancers ORL sont le plus souvent liés à une consommation excessive de tabac et/ou

d’alcool.

Cependant, certains sont associés à une exposition à des composés nocifs dans un cadre

professionnel.

Le tabac et l’alcool

Le tabagisme et la consommation de boissons alcoolisées forment les deux facteurs de risque

les plus importants impliqués dans la survenue de ces maladies. Le risque augmente avec

l’importance du tabagisme ou de la consommation d’alcool. On estime que 54 à 87 % des

cancers ORL, selon leur localisation, sont liés au tabac. Chez les fumeurs exclusifs, le risque

de cancer concerne plus particulièrement le larynx. Les fumeurs de pipe ou de cigares sont

aussi plus exposés au risque de cancers des lèvres ou de la langue.

Le risque de cancer est majoré chez les personnes associant consommation de tabac et

d’alcool. Chez ces personnes, ce sont principalement des cancers de la cavité buccale, de

l’oropharynx et de l’hypopharynx qui se développent. On estime que le risque de cancer de

la bouche ou du pharynx est multiplié par 2 à 5 selon l’importance de la consommation d’alcool,

et qu’elle passe à 15 lorsque le tabagisme lui est associé. Le risque de cancer du larynx est multiplié

par 1,45 chez les fumeurs et par 10 chez les personnes qui ont une forte consommation d’alcool.