Les chiffres du cancer de la peau

Près de 80 à 90 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont diagnostiqués chaque année

  • L´Inca, l’Institut national du cancer, et le syndicat de dermatologues notent la progression croissante en France du nombre de cancers de la peau
  • 1300 personnes meurent chaque année d’un cancer de la peau.
  • 7 000 nouveaux cas de mélanomes qui sont diagnostiqués chaque année en France.
  • L’incidence du mélanome, forme de cancer de la peau la plus sévère, croît depuis plusieurs décennies et double tous les 10 ans depuis 1945 dans tous les pays du monde.

Les lésions principales du cancer de la peau

Les carcinomes cutanés

  • Ils représentent 90% des cancers de la peau.
  • Ce sont les plus guérissables des cancers cutanés.
  • Ils se développent sur la peau, à des endroits exposés au soleil.
  • Les carcinomes baso-cellulaires, le plus fréquent, survient la plupart du temps après 60 ans, évolue très lentement et ne produit jamais de métastases.
  • Le carcinome spinocellulaire : plus agressif, il représente 20 % des cancers de la peau et se développe parfois sur des lésions dites précancéreuses, les kératoses actiniques. Il peut aussi apparaître sur des cicatrices de brûlure ou des plaies chroniques. Il est plus agressif que le basocellulaire et peut s’étendre vers les ganglions ou d’autres organes.
  • Un traitement chirurgical simple, est généralement effectué sous anesthésie locale lorsqu’il est dépisté précocement. Une chirurgie plus mutilante est parfois nécessaire lorsqu’il est découvert tardivement.

Toute modification cutanée persistante doit conduire à une consultation dermatologique.

une plaie qui ne cicatrise pas, un bouton ou une croûte qui persiste et se modifie doivent conduire à consulter un dermatologue

Le mélanome

  • Il se développe progressivement dans la plupart des cas sur une surface de peau saine, sous la forme d’une petite tache pigmentée
  • Le mélanome peut se développer dans 15 à 20% des cas environ à partir d’un grain de beauté, encore appelé nævus, qui se modifie.
  • 2/3 des mélanomes sont dus à une exposition excessive au soleil et est lié aux coups de soleil de l’enfance et aux expositions solaires intermittentes et intenses.
  • Les mélanomes représentent 1 % environ des cancers de la peau.
  • La chirurgie, permet de retirer la lésion sous anesthésie locale et de guérir la plupart du temps s’il est détecté précocement.
  • Détecté plus tardivement, le mélanome entraine des métastases nécessitant d’autres traitements, comme la chimiothérapie, malheureusement moins efficaces.

Les facteurs de risque du cancer de la peau

Le Soleil

Le rôle de l’exposition au soleil est désormais bien connu et la très grande majorité des patients connaissent les méfaits du soleil pour la peau. Pourtant, les mesures de prévention ne sont toujours pas suffisamment respectées.

  • 50 à 70 % des cancers de la peau sont ainsi directement liés à une surexposition aux rayons UVA et UVB.
  • Les UVB entrainent des mutations au niveau des gènes des cellules.
  • Les UVA modifient les membranes cellulaires et les noyaux.
  • L’intermittence des expositions avec l’alternance de peau blanche en hiver et bronzée en été représentent un risque supplémentaire.
  • Les surexpositions de l’enfance
  • L’âge de survenue des coups de soleil joue un rôle important : les coups de soleil dans l’enfance sont associés au développement des nævus pigmentaires sont des bons marqueurs de risque de mélanome

Les lampes à bronzer

  • Le bronzage sous lampes artificiel représente un facteur de risque important.
  • Le bronzage artificiel n’a pas le même effet protecteur que le bronzage naturel : il est plus superficiel et ne s’accompagne pas d’un épaississement de la peau.
  • les UV artificiels renforcent l’effet cancérigène
  • La fréquentation des cabines de bronzage est donc fortement déconseillée. Elle est même interdite aux moins de 18 ans, dont la peau est particulièrement fragile.
  • De nombreuses études ont mis en évidence l’augmentation des risques de cancer de la peau et le recours aux lampes à bronzer et l’apparition de cancer de la peau.

La prédisposition familiale

10 % des mélanomes malins surviennent dans une famille dont les membres ont été atteints de 2 mélanomes sur 3 générations.

les membres d’une famille déjà touchée par un mélanome doivent être très vigilants au soleil et faire surveiller leur peau systématiquement.

Le type de la peau

  • Les personnes à peau claire ont davantage de risques de cancer cutané lors de l’exposition au soleil en raison de leur absence relative de pigmentation.
  • Le phototype est une catégorisation des types de peaux vis-à-vis de leur sensibilité au rayonnement ultraviolet.
  • Le phototype permet d’estimer le risque lié à l’exposition solaire pour chaque type de peau et de déterminer l’importance des protections nécessaires.
  • 6 phototypes, correspondant à 6 types de peaux et couleurs de cheveux, ont été identifiés :
  • plus le phototype est faible, plus le sujet doit se protéger du soleil.
    • PHOTOTYPE 1. peau très claire, blanche, cheveux blonds ou roux, yeux bleus ou verts et des taches de rousseur qui apparaissent très rapidement en cas d’exposition : Brûle facilement, ne bronze jamais
    • PHOTOTYPE 2. peau très claire, qui peut devenir hâlée, des cheveux blonds ou châtains clairs, des taches de rousseurs qui apparaissent au soleil. Brûle facilement, bronze à peine
    • PHOTOTYPE 3 : Peau moyenne, des cheveux blonds ou châtains, peu ou pas de taches de rousseur. Brûle modérément, bronze graduellement
    • PHOTOTYPE 4 : Peau mate, des cheveux châtains ou bruns, aucune tache de rousseur. Brûle à peine, bronze toujours bien
    • PHOTOTYPE 5. Peau brune foncée, naturellement pigmentée, cheveux et yeux noirs : brûle rarement, et bronze beaucoup.
    • PHOTOTYPE 6 : Peau noire, cheveux et yeux noirs, ne brûlant pas

Le nombre de grains de beauté

La présence de nombreux grains de beauté, 50 ou plus, est un facteur de risque important. La présence de naevi larges, irréguliers, ou de naevi présents dès la naissance augmente également le risque de mélanome.

L’INCA et le syndicat national des dermatologues ont ciblé lors des campagnes de prévention du cancer de la peau en Juin 2007, les jeunes générations et les hommes ainsi que les catégories professionnelles travaillant à l’extérieur, comme dans le bâtiment, l’agriculture, le sport.

La prévention du cancer de la peau

Les français connaissent bien les risques d’apparition du cancer lors des expositions solaires. Malheureusement, ils éprouvent des difficultés à respecter les conseils et modifier leurs habitudes.

Ne pas se faire bronzer dans les cabines à UV

  • Malgré les risques que connaissent la majorité des personnes s’exposant aux UV des « cabines à bronzer » où aucun contrôle des doses délivrées n’est effectué, celles ci n’hésitent pas à s’y rendre.
  • Prenez un avis d’un dermatologue qui vous tentera de vous convaincre d’évitez de vous y rendre.
  • Il examinera fera votre capital solaire, c’est-à-dire le taux de rayons ultraviolets, artificiels ou naturels, que la peau est capable de recevoir sans danger vous expliquera les risques que vous prenez à aller dans ces centres.

L’utilisation des crèmes protectrices

Utilisez des crèmes protectrices : Une protection solaire efficace est donc indispensable pour diminuer la pénétration des rayons UV dans la peau et donc les dommages induits sur l’ADN des cellules cutanées. Elle préserve le « capital solaire ».

  • L’indice de protection solaire doit être de préférence supérieur à 30
  • Vérifiez que la crème solaire protège aussi contre les UVA car elle concerne en général uniquement les Ultraviolets de type B (UVB),
  • Choisir une crème solaire résistante à l’eau qui porter la mention « water résistant ») si vous vous baignez.
  • Renouveler l’application de la crème solaire toutes les deux heures.
  • Continuer à se protéger même lorsqu’on est bronzé.

Une crème protectrice utilisée l’année précédente n’a plus la même protection.

La protection solaire

  • Mettez un chapeau, un tee-shirt et des lunettes de soleil car la crème solaire ne suffit pas et ne protège pas totalement car ne peut pas protéger de la plupart des UV : Depuis juin 2008, la mention « écran total » ou « protection totale »est interdite sur tous les produits de protection contre le soleil vendus dans l’Union européenne »car aucun produit ne peut affirmer protéger complètement contre le soleil
  • Evitez le soleil entre 12 et 16 heures et mettez vous à l’ombre.

Les auto bronzants et les compléments alimentaires ne protègent pas du soleil .