Des chercheurs de l’UCLouvain font une découverte prometteuse contre le cancer

C’est lors de travaux de recherche sur le blocage des défenses immunitaires dans les tumeurs, débutés en 2004, que Sophie Lucas et son équipe sont parvenues à pointer le rôle déterminant de la molécule Garp. Celle-ci agit comme un messager auprès des lymphocytes T régulateurs (T-REG), des cellules particulièrement « immunosuppressives », c’est-à-dire qui empêchent d’éliminer les cellules cancéreuses chez les malades.

Les scientifiques ont alors développé un outil (des anticorps anti-Garp) pour neutraliser le messager et l’empêcher d’envoyer de tels signaux bloquants.

D’après les chercheurs, cette nouvelle immunothérapie décuple l’action d’une autre approche complémentaire (celle des anticorps anti-PD1), et permet de faire régresser les tumeurs, du moins chez les souris cancéreuses.

Les scientifiques doivent à présent réaliser ces mêmes tests sur l’être humain et ainsi « apporter une solution thérapeutique plus efficace dans la lutte contre le cancer ».

La découverte a été publiée dans la revue scientifique Nature Communications.