CANCER DU SEIN : SURVEILLER LE COEUR DES FEMMES TRAITEES PAR HERCEPTIN

La fonction cardiaque des femmes ayant été traitées par Herceptin® (trastuzumab)

pour un cancer du sein devrait être surveillée et ce quel que soit leur âge, surtout si elles ont

reçu un traitement séquentiel avec anthracyclines. Telles sont les conclusions d’une étude

canadienne qui rapporte une incidence accrue d’événements cardiaques majeurs chez ces femmes

Une recommandation en vigueur pour les femmes âgées

Les traitements par Herceptin® (trastuzumab) ont amélioré de façon importante la survie des femmes touchées par un cancer du sein. Les auteurs de cette nouvelle étude rappellent que ce traitement comporte un risque d’insuffisance cardiaque congestive, en particulier lorsqu’il est administré avec des anthracyclines et qu’actuellement, il est recommandé de surveiller l’état cardiaque des femmes âgées de plus de 65 ans qui sont censées être à risque de développer cette pathologie cardiaque.

Un risque qui concerne toutes les femmes quel que soit leur âge

Selon le Dr Dinesh Thavendiranathan, auteur principal de cette étude publiée le 18 avril 2016 dans la revue The Journal of Clinical Oncology, « lorsque l’on regarde les études qui ont été utilisées pour approuver ce médicament, l’incidence de dysfonction cardiaque n’était pas élevée« .

Mais lorsqu’un médicament est utilisé à plus grande échelle en pratique clinique, la pharmacovigilance fait parfois ressortir des risques plus importants.

Ainsi, les chercheurs du Peter Munk Cardiac Centre for Heart Research à Ontario (Canada) ont passé en revue les dossiers anonymes de 18 540 femmes ayant eu un diagnostic de cancer du sein à Ontario entre 2007 et 2012. L’âge médian de ces femmes était de 54 ans dont 79 % avaient moins de 65 ans. Les résultats de cette étude montrent que :

  • Parmi les femmes ayant reçu une thérapie séquentielle (Herceptin® et antracyclines), 6,6 % avaient eu un événement cardiaque majeur, soit quatre fois plus que les femmes ayant reçu d’autres chimiothérapies.
  • Quant aux patientes ayant été traitées par Herceptin® sans anthracyclines, le pourcentage d’événements cardiaques était de 5,1 %, soit 1,76 fois plus élevé que les groupes de référence (recevant autres chimiothérapies).
  • Enfin, les femmes ayant été traitées par anthracyclines sans Herceptin® ne présentaient pas d’augmentation d’incidence d’accident cardiaque.

Surveiller toutes les femmes traitées par Herceptin®

Selon les auteurs de l’étude, cette cohorte importante de femmes d’âges différents a permis de constater que le risque d’altérations cardiaques lié à l’Herceptin® est élevé chez les patientes de plus de 65 ans mais qu’il est aussi significativement plus important chez les femmes plus jeunes.

« Ces résultats suggèrent qu’une surveillance cardiaque devrait être mise en place aussi pour les femme plus jeunes et qu’elles doivent être considérées à risque, ce qui n’était pas le cas jusqu’alors » concluent les auteurs.

Dr Jesus Cardenas