Cancer du sein: elles créent des maillots de bain pour les femmes amazones

En Isère, des femmes ont lancé une campagne de financement participatif pour lancer à grande échelle la production de maillots de bain conçus pour les femmes qui ont subi une ablation.

« Actuellement, il n’existe que des maillots de bain avec une poche pour placer une prothèse. C’est inconfortable » D’où cette idée de créer un maillot de bain confortable et adapté aux femmes qui ont subi une ablation d’un sein, explique Valérie Blondeau, co-fondatrice de l’association « Complètement Femme », dans l’Isère.

Ces femmes ont mis au point deux prototypes : une brassière et un maillot une pièce, tous deux dessinés exprès pour un seul sein, dissymétriques et sans supports pour prothèses. « Nous voulions que les femmes qui n’ont qu’un seul sein puissent se sentir à l’aise et bien dans leurs corps sans forcément de prothèse externe, très désagréables lorsqu’on se baigne ! », confie Valérie Blondeau à France3. Plusieurs essais et campagnes de communication plus tard, l’association Complètement Femme se sent prête à se jeter à l’eau.

« Une femme peut être très belle et très heureuse avec un seul sein ! »

Les maillots ont été conçus chez un fabricant de Bourg-en-Bresse, l’atelier 7 Fashion, composé d’anciennes couturières de chez Lejaby, avec un tissu est haut de gamme, conçu par la société Sofileta de Bourgoin-Jallieu. Ne reste plus qu’à le fabriquer à grande échelle. « Il s’agit de combler un manque, et répondre aux demandes de femmes qui comme elles n’ont qu’un seul sein et qui se sont manifestées après la diffusion du reportage sur leur baignade au lac de Paladru, suivies d’autres baignades baptisées «Toutes à l’eau avec ou sans lolos ». »

Une campagne de financement participatif a été lancée sur le site Ulule. Le prix du maillot une pièce sera de 110 euros, 55 euros pour la brassière. Des prix qui pourraient diminuer si l’engouement est au rendez-vous. « Il faut que le message passe aujourd’hui, que les choses changent. Il faut expliquer que les femmes qui subissent un cancer du sein ne sont pas obligées de passer par la chirurgie et la reconstruction mammaire qui sont souvent des opérations très lourdes ! Une femme peut être très belle et très heureuse avec un seul sein ! », insiste Pascale Contrino, co-fondatrice de l’association Complètement Femme. Et de fait, aujourd’hui, sur les 20 000 mastectomies pratiquées chaque année en France, seulement 25 % des patientes font le choix de la reconstruction mammaire, rappelle France 3.

La Voix du Nord |