• Les résultats de cette étude ne soutiennent pas l’association entre la consommation d’alcool avant ou après le diagnostic et la mortalité chez les individus atteints d’un cancer colorectal invasif et non métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La consommation d’alcool est associée à un risque accru de cancer colorectal, mais son effet sur la survie après le diagnostic n’est pas clair.

Principaux résultats

  • Parmi 2 458 patients ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal, 1 156 sont décédés au cours du suivi moyen de 8,3 ans.
  • La consommation d’alcool avant et après le diagnostic n’a généralement pas été associée à la mortalité toutes causes confondues, à l’exception d’un risque légèrement inférieur de décès associé à la consommation avant le diagnostic de < 2 verres/jour (risque relatif [RR] : 0,86), par rapport à l’absence de consommation d’alcool, principalement pour cause de risque de mortalité inférieur lié à des causes autres que le cancer colorectal ou la maladie cardiovasculaire.
  • La consommation d’alcool n’a également pas été associée de manière significative à la mortalité spécifique au cancer colorectal, bien qu’une tendance de hausse des décès spécifiques à la maladie ait été observée en association avec la consommation après le diagnostic de < 2 verres/jour (RR : 1,27) et particulièrement de ≥ 2 verres/jour (RR : 1,44).

Conception de l’étude

  • Étude observationnelle de suivi ayant évalué la consommation d’alcool dans une grande cohorte prospective atteinte d’un cancer colorectal invasif et non métastatique (1992–2011).
  • Financement : Société américaine sur le cancer (American Cancer Society).

Limites

  • Les résultats n’excluent pas la possibilité d’une association entre la consommation d’alcool après le diagnostic et la mortalité spécifique à la maladie.