Avoir un cancer du sein peut entraîner un gain de poids

sérieux pendant et après le traitement. Mais les chercheurs ignorent encore quelles en sont les causes.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue médicale Cancer Epidemiology, les chercheurs ont comparé un groupe de femmes qui ont survécu à un cancer du sein avec un groupe similaire de femmes n’ayant pas eu la maladie mais susceptibles d’en souffrir en raison d’antécédents familiaux. Ils ont constaté (après avoir pris en compte

l’influence de l’âge et de la ménopause) que les femmes qui avaient survécu au cancer prenaient en moyenne deux kilos de plus que les femmes n’ayant pas eu la maladie, dans les 5 années suivant le diagnostic.

Un nombre de 303 survivantes du cancer du sein et de 307 femmes sans cancer ont été recrutées pour cette étude pilotée par le Dr Kala Visvanathan de l’Ecole John Hopkins de santé publique des Etats-Unis. Les médecins ont également constaté que les femmes soignées avec une chimiothérapie étaient deux fois plus susceptibles

de prendre du poids (plus de 5 kilos en moyenne) que les femmes traités avec des thérapies à base d’hormones ou les femmes n’ayant pas eu de cancer.

Selon le Dr Visvanathan, même si le traitement du cancer reste la priorité, il est également important de suivre la courbe de poids des patientes car cette prise de poids pourra avoir un impact sur le développement d’autres maladies. « En outre, le poids a un impact sur la façon dont les patients réagissent au traitement et

sur leur récupération  » insiste le médecin.